Le 9 mai : fêtons la journée de l’Europe !

Rédigé le 09/05/2022
LE DROIT HUMAIN Féd. française

Voici 72 ans, le 9 mai 1950, Robert Schuman proposait une nouvelle organisation pour l’Europe. Cette déclaration est considérée comme l’acte fondateur de l’Union Européenne et ce jour fut choisi en 1985 comme « Journée de l’Europe ». Devenue jour férié au Luxembourg « cette journée de l’Europe » est fêtée dans tous les Etats membres. Ce 9 Mai est l’un des 5 symboles de l’Union Européenne avec le drapeau, l’hymne, l’Euro et la devise : « unis dans la diversité ». Robert Schuman voulait unir ceux qui s’étaient combattus, unir ce qui ne pouvait demeurer épars plus longtemps. Beau combat, beau projet.

Mais, 72 ans plus tard, ce projet ne fait plus rêver et l’Union européenne subit maintes épreuves. Le Covid menace la santé de ses citoyens. La guerre rôde à ses portes depuis l’agression de l’Ukraine par la Russie.

Nombre d’Européens ne croient plus en ce projet et voient en l’Union européenne une lointaine et obscure administration des choses à l’origine des difficultés de leur vie. Manipulant cette défiance, de puissants mouvements politiques prônent à grands bruits le retour aux souverainetés nationales. Ils voient dans le Brexit l’exemple à suivre. Certains états membres comme la Hongrie ne cessent de dénigrer ses valeurs. Sans compter les empires ou nations qui souhaitent son affaiblissement sinon sa dislocation.

Pourtant l’Union européenne fait face. Elle est parvenue à s’unir face aux ravages du Coronavirus, bien que la santé ne relève pas de ses compétences. Ensemble, les 27 états membres ont décidé d’un emprunt de 750 milliards d’euros et d’un plan de relance économique. L’Union européenne demeure unie face aux menaces et au chantage de M. Poutine et solidaire à l’égard de l’Ukraine. Loin de l’abattre ces épreuves la renforcent.

Robert Schuman avait prévenu : l’Europe ne se fera pas d’un coup, mais pas à pas.

Ce 9 mai 2022, les propositions de la Conférence sur l’Avenir de l’Europe seront remises aux présidents des trois institutions de l’Union européenne : la Commission, le Parlement et le Conseil. Un an de travail et de réflexion autour de neuf thèmes, qui vont du changement climatique et de l’environnement à la culture et à la jeunesse en passant par la santé, la démocratie, la justice sociale, les valeurs, l’économie… Des milliers d’Européens y ont participé. Une expérience de démocratie participative à l’échelle européenne. Ce rapport offre de nouvelles chances, présente des perspectives d’avenir, soulève un nouvel espoir.

En ces temps où le monde est incertain, instable et dangereux, où des défis immenses s’annoncent à la suite des guerres et des changements du climat, l’Union Européenne a un avenir, un rôle à jouer, une place à tenir. Elle a un message à adresser au monde, un modèle à faire valoir : celui de ses valeurs, de la démocratie, du respect du droit des personnes, de la justice, de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la liberté, de la paix…

Alors même que M. Poutine fera défiler sur la Place Rouge une armée qui n’impressionne plus personne, les Européens fêteront ce jour où Robert Schuman lut une déclaration, qui, pendant presque trois quarts de siècle assura la paix entre les nations qui y ont souscrit.

C’est pourquoi la Commission Europe du Conseil National de la Fédération Française du DROIT HUMAIN invite les francs-maçons à fêter ce 9 mai la « Journée de l’Europe ».