Communiqué de presse du 13 mai 2020 ” Europe confinée ! Europe confirmée ?”

Rédigé le 13/05/2020
LE DROIT HUMAIN Féd. française

9 mai 1950 – 9 mai 2020, 70 ans après.

L’Europe sera-t-elle capable de sortir de son « confinement » pour confirmer le projet européen ?

L’Europe est confrontée comme le reste du monde à une crise sanitaire sans précédent. La prééminence du Conseil européen des chefs d’États et de Gouvernements, qui agit en véritable syndic des égoïsmes nationaux, met en évidence les limites du fonctionnement de l’Union européenne, son impuissance à agir collectivement et la conduit dans une impasse. Cette fois-ci la situation est d’autant plus préoccupante qu’elle va entraîner des crises sociales et économiques jamais connues depuis sa création.

Au début de l’épidémie, elle est apparue en décalage par rapport à la gravité de la situation, si bien que le chacun pour soi l’a emporté. Malgré tout, une mobilisation de mesures budgétaires et financières de la BCE, d’une ampleur inédite, le soutien conséquent aux économies européennes et finalement l’entraide entre quelques pays, ont démontré une fois de plus que dos au mur, l’ensemble des partenaires européens ont reconnu implicitement leur besoin d’Europe.

Trois domaines de vigilance

Il n’en demeure pas moins que cette crise révèle le danger qui menace les démocraties avec les mesures de restriction des libertés publiques prises dans la plupart des pays. Elle met en lumière les différentes dépendances de l’Europe par rapport aux pays tiers et, surtout, elle s’illustre par la mise à l’épreuve de la solidarité entre pays.

Aussi la Commission Europe de la Fédération française de l’Ordre Maçonnique Mixte International « LE DROIT HUMAIN» en appelle :

– à la mise en pratique de logiques de solidarités entre les pays européens, en dépassant les clivages Nord/Sud, Est/Ouest. Rechercher ce qui rassemble plutôt que ce qui divise pour trouver la voie de la solidarité, seule voie humaniste.

– au respect des libertés individuelles en délimitant à la fois la durée et les contours des mesures de restriction car, dans de nombreux pays, des dérives autoritaires sont déjà à l’œuvre et vont même jusqu’à cibler les défenseurs des droits humains.

– à l’extension des compétences européennes à tous les secteurs stratégiques. Le déclenchement de cette pandémie a démontré qu’assurer la souveraineté et l’autonomie de l’Europe dans le domaine de la santé est une bataille décisive à conduire pour l’avenir de l’Union.

Si celle-ci n’apporte pas une réponse commune et coordonnée dans ces trois domaines, si elle ne parvient pas à dépasser les gestions et les intérêts nationaux qui prévalent trop souvent, si elle échoue à faire valoir la légitimité des institutions européennes et à se réformer en profondeur, son existence même est menacée. Nous assisterons alors, impuissants, à l’implosion de l’Union européenne et à l’inexorable montée des nationalistes.

« Un avenir possible »*

Cependant, selon la formule des fondateurs Robert Schuman et Jean Monnet, voilà 70 ans, un « avenir possible » peut naître de cette crise.

Et si l’Europe sortait de son « confinement » pour confirmer le projet européen ? Et si l’Europe savait prendre sa place dans l’espace mondial de l’après Covid-19 ? Nous en sommes loin mais c’est un immense espoir, une opportunité même, voire une dernière chance, auxquels veulent croire les humanistes que nous sommes, convaincus que les valeurs fondamentales de l’Union européenne, qui sont aussi les nôtres, sont les seules qui vaillent pour « le monde d’après ».

*référence à la déclaration de Robert Schuman le 9 mai 1950 et aux travaux préparatoires de Jean Monnet.