Communiqué pour la Journée Internationale des Droits des Enfants – 20 novembre 2019

Communiqué pour la Journée Internationale des Droits des Enfants – 20 novembre 2019

Rédigé le 19/11/2019
LE DROIT HUMAIN Féd. française

Voici venue la date du 30èmeanniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) signée par l’ONU le 20 novembre 1989.

Des avancées certaines sont constatées depuis cette mobilisation internationale, mais les droits de trop d’enfants ne sont pas encore respectés: travail forcé, conditions de vie inacceptables par insalubrité et grande pauvreté…

En France, les dispositions de la CIDE concernant la protection de l’enfant ne sont pas toutes mises en œuvre, faute des moyens indispensables. Le défenseur des droits, comme celle des droits des enfants dans leur récent rapport * mettent en évidence l’insuffisance de moyens pour éviter les violences subies par les enfants. Ils plaident pour une réelle prise en compte des droits de l’enfant par les institutions publiques.

A l’heure où les violences faites aux femmes sont justement dénoncées, on constate que les enfants en sont souvent les victimes collatérales. Battus, insultés, abusés, témoins de scènes traumatisantes ou orphelins, ils ont été 150 touchés par ce fléau en 2018, rien qu’en France.

Toute la société est concernée et toute action personnelle ou mobilisation dans le cadre d’associations permettant de faire respecter les droits fondamentaux de chaque enfant en matière de soins, d’éducation, de justice, de protection sociale fera avancer la justice sociale.

Le DROIT HUMAIN ne peut atteindre son but (une humanité organisée en sociétés libres et fraternelles) sans insister sur la nécessaire prise de conscience de l’importance d’accompagner dès aujourd’hui les hommes et les femmes de demain.

Ce combat pour plus de justice sociale et de défense des droits des plus fragiles était déjà celui de nos fondateurs en 1893 et nous le poursuivons chaque jour.

Fédération française de l’Ordre Maçonnique Mixte International LE DROIT HUMAIN 

*Rapport du Défenseur des Droits-Enfants-2019